www.ornitho79.org

Règles de l'observation

 

 

Pour l'ornithologue averti comme pour l'observateur occasionnel curieux de son environnement, l'observation des oiseaux sur le terrain reste un passage obligé. Une simple paire de jumelles sera un moyen d'approcher le monde des oiseaux sauvages, d'observer leurs comportements, de suivre les nichées, d'assister aux migrations ...

 

Où observer les oiseaux ?

 

Observer les oiseaux commence à la porte de chez soi, sur les toits et les balcons, dans les jardins et les parcs des villes, dans la plaine ou dans les bois, au bord des étangs et rivières.

 

Tous les milieux, aménagés par l'Homme ou naturels, sont propices à l'observation.

 

N'oubliez pas que la date où vous effectuez votre observation détermine les types d'espèces observées; nicheuses ou migrantes.

 

Comment observer les oiseaux ?

 

L'observation des oiseaux est autant visuelle qu'auditive.

 

La date est déterminante pour le type d'espèces que vous observerez.

 

Faites-vous accompagner d'un ornithologue, la convivialité et les conseils viendront ajouter le plaisir à la promenade...

 

La réussite de l'observation est liée à quelques règles élémentaires :

  • S'équiper d'une bonne paire de jumelles que vous trouverez dans les boutiques spécialisées.
  • Se procurer un livre de référence dans une bonne librairie.
  • Être discret durant l'observation, vêtements sobres, mouvements limités et silence nécessité par l'écoute.
  • Observer les allées et venues des oiseaux identifiés dans le milieu où vous vous trouvez.
  • Effectuer une présélection en fonction du biotope, oiseaux des jardins, oiseaux des plaines, etc...
  • Identifier la forme générale, la corpulence et les proportions du corps de l'oiseau, son type de vol et ses reposoirs.
  • Ecouter les chants différents en parades ou alarmes.
  • Juger de l'espèce en fonction de la date pour les nicheurs ou migrants.
  • S'aider du livre de référence par comparaisons de silhouettes et répartition géographique.
  • Ne pas déranger l'oiseau dans ses activités.
  • Ne pas découvrir les nids, ni pénétrer les zones de territoire de défense variables en fonction des espèces. Dans le doute, le repli est plus sage...

 

Le code de conduite de l'observateur

 

Quelques règles élémentaires qu'il faut rappeler à tout amateur, passionné ou ornithologue averti :

  • Il ne faut jamais perdre de vue que toutes les espèces sont sensibles au dérangement durant la période de reproduction. les sites naturels sont dans notre région soumis à une forte pression humaine, qu'elle soit, notamment, agricole ou touristique.
  • D'une manière générale, il convient de rester systématiquement attentif au comportement des oiseaux : une position d'alerte (ex : l'oiseau s'immobilise, se tapit, dresse le cou...) donne à l'observateur (devenu alors « intrus ») le signal impératif d'un arrêt et d'un recul.
  • Toute alarme sonore, comportement de diversion (simulation de blessure, envol bruyant...) ou fuite, est le signe que l'observateur a dépassé la limite tolérée par l'oiseau et met donc la reproduction en péril.

 

Les bons vieux principes sont toujours à rappeler : s'habiller de vêtements sombres, avancer doucement, sans gestes brusques et par étapes, rester toujours attentif à la réaction des oiseaux. Et dans le doute, toujours préférer le repli.

 

Choisir un bon guide d'identification

 

Vouloir observer les oiseaux sauvages n'aura pas d'intérêt sans la recherche de l'identité de l'espèce observée. Identifier l'espèce nécessite de connaître son biotope, ses habitudes et ses rythmes de vie.

Pour cela, un bon guide d'identification vous sera utile pour ne pas faire d'impairs. Le guide doit être transportable facilement (format poche), documenté d'informations à caractère scientifiques et illustré de dessins à préférer aux photographies aléatoires.

 

Prendre des notes

 

Il est nécessaire d'apporter un crayon et un carnet pour noter notre observation. On peut ainsi noter l'environnement, la taille, les caractéristiques et les comportements d'une espèce et même faire un croquis si on est incapable de l'identifier. Le croquis, indiquant les principales caractéristiques de l'oiseau, permettra de consulter plus tard notre guide d'identification pour prendre le temps de bien identifier l'oiseau.

 

Depuis sa création en 1981, le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres tient à jour un fichier de toutes les observations communiquées par les ornithologues du département.

 

 

Agenda des observations d'oiseaux

 

 

Quand observer les oiseaux ? Toute l'année !

 

Pour ceux qui nichent dans notre région, le printemps reste la meilleure période d'observation (dès la fin février jusqu'en mai).

 

La période des migrations commence dès juillet pour certaines espèces et s'étale jusqu'en novembre.

 

Pour et avec le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres :

 

  • Suivi des hirondelles (printemps)
  • Suivi oiseaux des rivières (printemps)
  • Suivi des outardes canepetières et des courlis cendrés
  • Repérage et protection des nichées de busards cendrés, Saint-Martin et des roseaux (printemps et début de l'été)
  • Dortoirs busards (fin juillet-début août)
  • Opérations de comptage (oedicnèmes, vanneaux huppés, etc ...) en automne

 

GODS CalendrierSortiesAnimations

 

 

Documentation

 

Choisir un bon guide d'identification :

 

Vouloir observer les oiseaux sauvages n'aura pas d'intérêt sans la recherche de l'identité de l'espèce observée.

 

Identifier l'espèce nécessite de connaître son biotope, ses habitudes et ses rythmes de vie. Pour cela, un bon guide d'identification vous sera utile pour ne pas commettre d'impairs.

 

Le guide doit être transportable facilement (format poche), documenté d'informations à caractère scientifique et illustré de dessins (à préférer aux photographies aléatoires).

 

Nous avons retenu :

 

LeGuideOrnitho

 

 

Le guide ornitho

de L. Svensson, P.J. Grant, K. Mullarney, D. Zetterström

Guides du Naturaliste chez Delachaux et Niestlé.

13,5 x 20 cm, 400 pages.

 

 

 

 

 

 

 

LesOiseauxEuropeAfrique

 

 

Les oiseaux d'Europe d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient

de Lars Jonsson.

Chez Fernand Nathan

Relié, 14 x 3 x 21 cm, 558 pages.

 

 

 

 

 

 

Pour les enfants :

 

LePetitGuideOrnitho

 

 

Le petit guide ornitho

de Marc Duquet

Observer et identifier les oiseaux chez Delachaux et Niestlé.

14,5 x 19 cm, 192 pages.

 

 

 

 

 

 

Les éditions de l'association :

 

Nous proposons aux adhérents deux atlas sur les oiseaux des Deux-Sèvres et un livre rouge.

 

 

 

Reconnaître les chants des oiseaux :

 

Le chant est le meilleur moyen de repérer certains oiseaux particulièrement discrets.

 

Il existe des CD permettant d'apprendre à reconnaître les oiseaux par leur chant.

 

Voici quelques références :

 

  • Les oiseaux de votre jardin - Jean C. Roché
  • Un guide sonore des oiseaux d'Europe et du Maghreb (Coffret ornitho de 10 CD) - Jean C. Roché & Jérôme Chevereau

 

 

Un site très bien documenté : Oiseaux.net

 

 

Sites remarquables des Deux-Sèvres

 

Le Lac de Cébron

 

Ce lac artificiel, propriété du Conseil Général des Deux-Sèvres, est le plus grand plan d'eau du département et le seul qui bénéficie d'un statut de protection.

 

Depuis 1982, le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres et le Centre National d'Etudes et de Recherches Appliquées sur l'Avifaune Migratrice, assurent un recensement hebdomadaire des oiseaux présents sur le lac.

 

246 espèces différentes ont été observées au Cébron (Données à réactualiser)

 

PanoramiqueCebron

Photo exclusive Droits réservés © Gods 2006. Reproduction interdite.

 

 

Quelques 31 sites particuliers ...
 


31 sites particuliers traduisent la diversité du département. Une simple paire de jumelles sera un moyen d'approcher le monde des oiseaux sauvages, d'observer leurs comportements, de suivre les nichées, d'assister aux migrations, ...

 

carte79fr

 En rouge, les sites remarquables.

Source : Oiseaux nicheurs des Deux-Sèvres GODS / 1995.

 

 

Astuces de l’observateur

 

Reconnaître les grands oiseaux migrateurs

 

Quelques trucs, ou comment ne pas faire trop d'erreurs dans son carnet d'obs !

 

De près

Oie : détails de structures variable selon l'espèce, notamment la longueur du cou.

Oie cendrée : fort contraste sus-alaire (patches clairs à l'avant).

 oies  

Grand cormoran : silhouette allongée (arrière long). Ailes plus étroites vers l'extrémité, sans contraste dessus.

Tête et cou assez relevés et massifs, allure de "cigare volant".

 GrandComoran  

Grue cendrée : silhouette très allongée.
Cou et pattes très longs et fins : cou parfois abaissé.
Ailes longues, larges jusqu'à l'extrémité, contrastées dessus.

 GrueCendre  

De loin

Grues & Cormorans : formations ondulant fortement et rapidement.


Battements souvent alternés de courts planés.
Peuvent prendre des ascendances thermiques ou dynamiques.

 GruesCormorans  GruesCormorans2

Oies : Vols plus réguliers (mais attention à la météo). Pas d'ascendance ni de vol glissé.

 OiesDeLoin  

Grues : à grande distance, les pattes puis le cou sont invisibles.

 Grues  

Autres silhouettes

Cygnes : Cou très long (cygne tuberculé).
Ailes effilées, longues ; vol battu lourd.

 Cygnes  

Spatules : Bec, cou et pattes longs et étendus.
Vol battu et plané ; prennent des ascendances.

 Spatules  

Hérons : Pattes longues, ailes arquées.
Long cou en général replié.


Le cou peut être maintenu en extension quelque temps avant l'atterrissage ou après le décollage.
Peuvent pratiquer le vol en formation linéaire.

 Herons  Herons2

Textes et silhouettes Thomas de Cornulier

 

 



Pratique de l’observation

 

L'observation sur le terrain permet d'étudier le comportement des oiseaux sauvages, de suivre les nichées, d'assister aux migrations. Ainsi, il nous est possible de satisfaire une curiosité naturelle et de jeter un regard différent sur notre environnement.

 

A noter que l'on ne pourra trouver certaines espèces que dans des habitats bien spécifiques (roselières, étangs et rivières, bois, plaines, etc ...).

 

 

Quelques règles élémentaires qu'il faut rappeler à tout amateur, passionné ou ornithologue averti :

 

 

Il ne faut jamais perdre de vue que toutes les espèces sont sensibles au dérangement durant la période de reproduction.


Dans notre région, les sites naturels sont soumis à une forte pression humaine, qu'elle soit, notamment, agricole ou touristique. D'une manière générale, il convient de rester systématiquement attentif au comportement des oiseaux : une position d'alerte (ex : l'oiseau s'immobilise, se tapit, dresse le cou, ... ) donne à l'observateur (devenu alors « un intrus ») le signal impératif d'un arrêt et d'un recul.

 

Toute alarme sonore, comportement de diversion (simulation de blessure, envol bruyant, ...) ou fuite, est le signe que l'observateur a dépassé la limite tolérée par l'oiseau et met donc la reproduction en péril.

 

Les bons vieux principes sont toujours à rappeler :

 

S'habiller de vêtements sombres, avancer doucement, sans gestes brusques et par étapes, rester toujours attentif à la réaction des oiseaux. Et dans le doute, toujours préférer le repli.

 

Toutes les formes d'observation sont positives, tant que les oiseaux ne sont pas dérangés, que l'environnement est préservé et que les droits des propriétaires et des autres usagers de la nature sont respectés.

 

 

Une bonne paire de jumelles :

 

 

Une bonne paire de jumelles constitue l'outil de base de l'observateur débutant. Une longue-vue permettra à une personne un peu plus chevronnée d'observer les oiseaux à plus grande distance.

 

Les deux principales caractéristiques d'une paire de jumelles sont le grossissement et le diamètre des lentilles. Ces caractéristiques sont facilement identifiables grâce aux deux chiffres se retrouvant sur la monture (par exemple : 8 X 40).

 

Le premier numéro indique le grossissement. Donc, si le premier chiffre est un 8, ces jumelles offrent un grossissement de 8 fois. Cela signifie donc qu'un oiseau qui se situe à 40 mètres de nous semblera à 5 mètres avec les jumelles. La plupart des modèles sur le marché ont un grossissement de 8X ou 10X. Les jumelles zoom sont à proscrire.

 

Le deuxième chiffre indique le diamètre de chaque lentille en millimètres. Plus le diamètre est élevé, plus les jumelles seront lumineuses. Cependant, elles seront aussi plus volumineuses. Avoir une bonne luminosité permet d'obtenir une image plus claire, mais une augmentation du volume engendre un poids plus élevé.

 

Il existe deux formats de jumelles, les compactes et les normales.

 

Les jumelles de format compact possèdent généralement des lentilles ayant un diamètre de 25 millimètres ou moins, alors que les jumelles de format standard possèdent des lentilles pouvant atteindre 50 millimètres de diamètre.

 

Le format de 8x42 constitue un bon compromis entre performance, poids, netteté et prix.

 

 

Prendre des notes :

 

 

Il est recommandé d'apporter un crayon et un carnet pour noter les observations.

 

 

Quelles informations noter ?

 

  • La date
  • L'espèce
  • Le nombre d'individus (et, si cela s'avère possible : le sexe, l'âge, l'indice de reproduction)
  • Le lieu (commune et/ou lieu-dit)
  • Le milieu (habitat urbain, parc, bois, plaine, présence de haies, ...)
  • Dans les remarques, on peut également noter la taille, les caractéristiques et les comportements d'une espèce et même faire un croquis si l'on est incapable de l'identifier. Ce croquis, indiquant les principales caractéristiques de l'oiseau, permettra de consulter plus tard un guide d'identification pour prendre le temps de bien identifier l'oiseau.

 

 

Dès votre retour chez vous, n'oubliez pas de transmettre vos observations sur le site : www.nature79.org.

 

 

Sorties et animations avec le Groupe Ornithologique

 

Enfant ou adulte, initié ou non, vous pouvez participer aux sorties programmées tout au long de l'année par le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres, afin de découvrir, de façon conviviale, les oiseaux de notre département.

 

 

Une seule adresse pour communiquer vos observations : www.nature79.org